Sources d'inegalite entre les revenus et la pauvrete dans les zones rurales du Pakistan

Pourquoi certaines personnes reçoivent-elles des revenus supérieurs à ceux des autres qui pourtant disposent de talents et d’aptitudes similaires? Et pourquoi certaines sources de revenu telles que le revenu tiré du travail agricole et celui provenant de la canne à sucre vont-elles à des personnes différentes? Quelles mesures peuvent être prises pour réduire les écarts considérables qui existent entre les revenus gagnés de sorte que le nombre de personnes vivant en- deçà du seuil de pauvreté puisse être réduit? Quel rôle doivent jouer l’éducation et la migration des membres des ménages pour tirer les populations de la pauvreté et améliorer la distribution du revenu?

Afin de répondre à ces questions, ces dernières années, les chercheurs ont eu recours à diverses techniques pour analyser les sources d’inégalité entre les revenus et de la pauvreté dans les pays en développement. Ces études aident les décideurs à comprendre les causes profondes de l’inégalité entre les revenus et de la pauvreté au sein de leur société. Munis de cette information, les décideurs peuvent prendre des mesures précises visant à améliorer la distribution du revenu et le potentiel qu’ont différentes couches de la population de gagner un revenu.

Dans le rapport de recherche No. 102 intitulé Sources of Income Inequality and Poverty in Rural Pakistan (Sources d’inégalité entre les revenus et pauvreté dans les zones rurales du Pakistan), Richard H. Adams, Jr. et Jane J. He abordent ces questions en analysant des données longitudinales recueillies auprès de 727 ménages de quatre districts ruraux du Pakistan (Faisalabad et Attock dans la province du Punjab, Badin dans la province de Sind et Dir dans la province de la frontière nord-ouest). Si les études précédentes de l’inégalité entre les revenus et de la pauvreté ont souvent été fondées sur une série d’entretiens avec des ménages ou sur des entretiens étalés sur une année, cette série de données est le résultat de 12 séries d’entretiens avec des ménages réalisés sur une période de trois ans, de 1986 à 1989. Des données détaillées ont été collectées sur le revenu, les dépenses, l’éducation, l’emploi, la migration et la propriété foncière. Ensuite, le revenu total a été ventilé en cinq sources de revenu afin d’examiner la contribution de chacune de ces sources à l’inégalité entre les revenus et à la pauvreté.

La question de savoir si un ménage est propriétaire des terres a un effet majeur sur les types de revenu qu’il reçoit. Dans l’ensemble, l’inégalité entre les revenus dans les zones qui ont fait l’objet de cette enquête est modeste. Le coefficient de Gini qui classe l’inégalité sur une échelle allant de zéro à un, un étant le point le plus élevé, indique que la répartition du revenu total par habitant des ménages dans un échantillon de la population est de 0,381, mais la distribution des droits de propriété foncière est beaucoup plus élevée, 0,769. Dans les zones rurales du Pakistan, le manque de terres — 37 % des ménages de l’enquête ne sont propriétaires d’aucune terre — contraint les pauvres à tirer l’essentiel de leur revenu des sources qui n’ont rien à voir avec la terre telles que l’emploi non agricole et l’élevage.

Author: 
Adams, Richard H. Jr.
He, Jane J.
Published date: 
1995
Publisher: 
International Food Policy Research Institute (IFPRI)
Series number: 
102
PDF file: 
application/pdf icon
ab102fr.pdf(83.7KB)