Indice de la faim dans le monde 2012 - Étude de cas nationale: la Sierra Leone

La Sierra Leone a un niveau de sécurité alimentaire « alarmant » ; son score GHI 2012 est de 24,7.

Plus de 50 % de sa population dépend de l’agriculture pour assurer sa subsistance.

Le gouvernement a intensifié les efforts de commercialisation dans le secteur agricole et a mené une campagne pour attirer des investissements directs étrangers dans ce secteur.

Des entreprises étrangères ont acquis environ 20 % des terres agricoles disponibles dans le pays. Entre 2008 et la mi-2012, près d’un million d’hectares de terres cultivables dans l’ensemble du pays ont été louées ou ont fait l’objet de baux fonciers en cours de négociation.

L’ONG allemande Welthungerhilfe aide des petits exploitants agricoles du district de Pujehun depuis 2007 à remettre en état l’infrastructure, à accroître leurs revenus et à promouvoir la sécurité alimentaire par le biais d’une utilisation efficace et respectueuse de l’environnement des ressources naturelles disponibles.

Plusieurs transactions foncières récentes soulèvent des inquiétudes sur la façon dont l’acquisition des terres a été décidée et sur leurs effets préjudiciables sur la sécurité alimentaire et celle des moyens de subsistance au niveau local ; les agriculteurs n’ayant plus accès aux terres agricoles.

Les terrains en milieu rural de la Sierra Leone sont détenus par des familles de propriétaires fonciers régies par une structure de chefferie. Traditionnellement, les terres ne font pas l’objet d’un bail mais sont allouées. Cependant, le droit moderne prévoit une procédure permettant à des personnes non autochtones de prendre à bail des terres à condition d’avoir l’accord à la fois de la chefferie et des conseils locaux concernés. Les investisseurs peuvent soit loués la terre directement auprès de ses propriétaires ou la sous-louer au gouvernement comme locataires de premier ordre.

Entre mai 2011 et mai 2012, les prix du marché pour les aliments dans la région affectée par des acquisitions foncières de grande taille ont augmenté de 27 % en moyenne. Avec l’augmentation des prix alimentaires, l’accès à une alimentation en suffisance est en train de devenir un problème qui inquiète les agriculteurs.

Welthungerhilfe et ses partenaires s’efforcent de sensibiliser le public aux risques associés à des investissements fonciers directs étrangers, et à encourager d’autres modèles d’investissements agricoles.

Published date: 
2012
Publisher: 
International Food Policy Research Institute (IFPRI)
PDF file: